L

e triangle d’or est un quartier de Paris très paradoxal : entre des avenues au chic parfois démodé et des lieux à touristes à foison, le 8ème arrondissement sait aussi receler quelques surprises inespérées.
Le 39V en est une.

Niché au sommet d’un patio d’immeuble, le 39v étonne par sa configuration originale : un lieu ouvert, proche de la lumière et tout en circulation.
Une sorte de salle perchée, face à un jardin, lui meme faisant face à des cuisines.
Improbable et séduisant au premier regard, tout à faire le genre de lieu qu’on pourrait s’attendre à trouver dans un hôtel exclusif.

Des que l’on sort de l’ascenseur on aperçoit et les cuisines et une terrasse pour prendre l’apéritif qui fait sont plus bel effet.

Une très belle table près des cuisines, propice aux échanges et à l’observation de la cuisine.

Entrée de saison fraîche avec cet omble chevalier mariné à cru, brocoletti, condiment marin végétal.
Le poisson présente un beau gras et une mâche intéressante. Du croquant avec les légumes verts et oignons marinés et un peu de douceur vient lier le tout avec une sorte de guacamole allégé. Efficace.

Un poisson toujours en plat principal : le Saint-Pierre de Bretagne travaillé en aiguillettes laquées et presque confites, rehaussé par un jus de sucs corsés. L’aspect du poisson n’est pas d’une élégance folle mais l’on comprenne au premier coup de fourchette : la cuisson parfaite fait sont effet et les morceaux fondent purement en bouche.
En accompagnement, l’aubergine, travaillée en trois façons : fondantes, en tempura et en caviar.
Un joli travail sur l’amertume et la douceur à la fois.

En salle est présent un plateau de fromage, conservé dans une cave à maturation élégante, qui me fait de l’oeil depuis le début du repas.
L’occasion de vérifier que l’affinage était parfait sur des chèvres comme sur un vieux comté.

Un dessert toujours sur la fraîcheur et la légèreté : fraises, framboises, fraises des bois et sorbet au yuzu pour la pointe d’acidité qui vient agrémenter le tout.
Un dessert simple, idéal pour un déjeuner.

Le chef Frederic Vardon est installé ici depuis un petit moment et projète d’ouvrir une table à Hong-Kong pour cette fin d’année.
La cuisine qu’il distille est franche et élégante, en accord avec un cadre discret et charmeur.
Que ce soit pour un déjeuner d’affaire ou un moment romantique, tous apprécieront la cuisine.
Belle surprise : cette terrasse avec vue sur un bout de la tour Eiffel.

Menu déjeuner à 39,50 euros en deux séquences ou 49,50 euros en trois séquences.
Menu dîner à 95 euros et dégustation en six services à 125 euros.

Le 39v
39, avenue Georges V (entrée par le 17 rue Quentin Bauchart)
75008 Paris
+33 1 56 62 39 05
http://www.le39v.com/fr

A propos de l'auteur

Parisien, la trentaine, passionné de cuisine, de cigares, de jazz, et de voyages. Je me nourris un peu de tout ça chaque jour. Je partage ici les adresses qui m’ont séduites, pensant qu'il serait dommage de s'alimenter trois fois par jour par nécessité uniquement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ne ratez rien, abonnez-vous à la newsletter :

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles : revues de belles tables, interviews de chefs, reportages en cuisine, top de la rédaction, tout y passe !