Ce restaurant, que dis-je cette institution, vous en avez sans aucun doute déjà entendu parler.
Niché derrière une cascade du bois de Boulogne, cet imposant vaisseau que l’on pourrait penser hybride d’Eiffel et de Baltard, est en réalité un ancien pavillon de chasse transformé et qui en impose bigrement.DSCF2328Impressionnant même, au point qu’y passer la porte pourrait demander un certain effort.

Pourtant à l’intérieur il n’en n’est rien. Que dire de cette salle sinon qu’elle est magistrale ?DSCF2415La politique de la maison est intéressante : si la météo le permet, tout le monde est alors servi dehors en terrasse.
Et là, en pleine verdure, vous oubliez vite que vous êtes encore à Paris.

Les tables intérieures allient confort et bon goût.
DSCF2338Son chef Frédéric Robert, sera lui le grand orchestrateur de votre voyage.
Il nous propose des classiques de la gastronomie Française, extrêmement bien exécutés.
Tout est parfait, délectable à souhait, et d’une générosité extrême.

Le pari de l’actualité dans le classique, à l’image de ce pain, spécialité de la maison. Je vous défie de ne pas en prendre un second. Tout simplement impossible !DSCF2350L’actualité c’est aussi un menu du Jardin, végétarien, servi midi et soir.
Il a été créé à la demande de la clientèle, et le moins que l’on puisse dire est qu’il est de superbe facture.

Ca démarre par une mise en bouche déjà très travaillée : mousseline d’oeufs aux girolles.DSCF2345

Un plat riche et puissant, comme le sera une grande partie de ce repas.

Je choisis pour commencer les langoustines en kadaïf, pois gourmands et amandes de condiments.DSCF2359

Une chair magnifique et tendre, un croustillant léger, et du peps dans l’assaisonnement autant que dans les condiments. Joli.

En face de moi un duo d’asperges crues et cuites, en ravigote, aux herbes épicées, où quand un plat végétarien vous fait de l’oeil autant que le votre ! Superbe sélection et cuisson aussi précise qu’une horloge Suisse. DSCF2361C’est au tour de mon Saint-Pierre, piqué de citron, sucrine, et sauce à la vanille des Indes d’arriver. Un moment rare où cette odeur incroyable de vanille vient vous réveiller, et vous invite à napper cette chair ferme, que l’on croirait conçue spécialement pour cela. Fascinant !DSCF2370

En face ce sont des légumes de saison, une marmelade de tomates, et des herbes amères. Juste pour le plaisir de contredire certains qui pensent encore qu’une assiette de légumes seuls puisse encore être ennuyeuse.DSCF2373

Pour moi de nouveau, cette volaille aux morilles qui a l’air simplissime comme cela, mais dont la cuisson en deux temps, d’abord pochée, puis passée sous le grill, révèle toutes les saveurs et tendresses.DSCF2380Un morceau de belle facture, qu’un jus corsé vient dynamiser. Tellement bon que ce morceau aurait pu se suffit à lui même et ne comporter aucun accompagnement.DSCF2386On comprends aisément qu’une grosse partie de la clientèle soit ici habituée, et tienne pour envie certaine l’idée de revenir. Typiquement le genre de plat qui vous fait rappliquer, pour vous remettre les papilles à zéro !

Le défilé végétarien continue en face avec ces morilles et puntalette aux graines de citron, soja et ciboule.
Ou la version veggie des coquillettes au jambon tellement c’est bon ! DSCF2384 Cette fois vous avez compris que j’allais revenir pour « le menu du jardin ».

Fromages de Marie Quatrehomme pour ne pas se tromper, dont certains sont affinés sur place.DSCF2392

Puis des desserts de saison avec ces meringues tendres en deux cuissons, coeur de chantilly et coquelicot. Le coulis de framboise est une merveille.DSCF2397

En face un autre dessert de saison sur la fraise et l’infusion d’hibiscus.

Le Service, avec un grand S.
Il mérite un paragraphe à lui tout seul : derrière des apparences trompeuses de tirage à quatre épingles, de grands professionnels, trouvant le ton juste, entre blagues et conversation nourries sur lesquelles ils rebondissent sans cesse.
Beaucoup d’humour et de gentillesse où une équipe d’anciens cotoye des plus jeunes dans une ambiance très chaleureuse : selfie à mon insu, photos bombing avec complice et j’en passe…
Le tout sans jamais tomber dans la lourdeur, et avec la classe d’un Palace.
Rare !

La Grande Cascade est véritablement grande par le dépaysement qu’elle produit, par la convivialité qu’elle offre, et par la réalisation parfaite de classiques qui se révèlent être tout sauf ennuyeux.
Une adresse tout simplement addictive.

Menu du marché à 109 euros servi midi et soir avec deux verres de vin ou 89 euros sans boisson.
Menu du jardin à 115 euros servi midi et soir.
Menus dîner à 149 euros, et dégustation à 192 euros.
Prix à la carte un peu « costauds ».

La Grande Cascade
Bois de Boulogne
Carrefour de Longchamps
75016 Paris
+33 1 45 27 33 51
http://www.restaurantsparisiens.com/restaurant-la-grande-cascade/

A propos de l'auteur

Parisien, la trentaine, passionné de cuisine, de cigares, de jazz, et de voyages. Je me nourris un peu de tout ça chaque jour. Je partage ici les adresses qui m’ont séduites, pensant qu'il serait dommage de s'alimenter trois fois par jour par nécessité uniquement.

Articles similaires

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bonjour et bienvenue dans le nouveau FOOD IN PARIS !


Nous espérons que les nouvelles rubriques et contenus du site apporteront une meilleure interaction et vous donneront encore plus de plaisir. Le site étant encore amené à évoluer, nous attendons avec intérêt vos remarques et critiques : n'hésitez pas à nous écrire à l'adresse adrien@foodinparis.fr.

 

 

Adrien de FOOD IN PARIS.