C’est la sensation de cette fin d’année : un duo (en cuisine et en cave) issu de Septime qui daigne venir s’installer en dehors du très bouillonnant 11ème arrondissement, comme pour réveiller ce coin des Batignolles qui en avait bien besoin, et faire écho à des ouvertures récentes comme Correta ou L’envie du jour.

Direction la rue des dames donc, pour découvrir ce que Marc Cordonnier nous réserve, dans cet ancien restaurant carrément transformé. Décor du moment dans lequel on se sent bien, avec comptoir et même fenêtres sur verdure.. rare et inatendu.photo 6

Ca démarre par une carte qui mêle plusieurs propositions alléchantes pour nous mettre en appétit : entrées ou tapas, on ne sait pas très bien, en premières propositions, puis quelques plats, deux fromages et deux desserts. De quoi éveiller notre curiosité et mettre en alerte nos papilles.

photo 1

A tous les détracteurs de cartes écrites sur papier volant j’en profite pour dire la chose suivante : tant que c’est pour nous faire des propositions au gré des envies du chef et que les suggestions  changent souvent,  alors je dis banco ! C’est l’esprit qui règne ici.

Très belle entrée en matière avec ce mulet noir, framboise et vinaigre fumé. C’est resplendissant d’acidité et de gras, frais et long en bouche, avec un assaisonnement qui ne se fait pas trop présent. Des associations simples et qui fonctionnent.photo 2

Ensuite arrive le chinchard, pomme de terre et hareng. J’aime ce genre d’assiette où il faut glisser la fourchette pour soulever certains ingrédients et en attraper d’autres, alors que tout est entrelacé plutôt joliment. J’aime aussi quand les légumes font partie intégrante de la composition d’un plat comme ici, et ne servent pas seulement de faire-valoir à une pièce jugée “noble” de viande ou de poisson.

photo 3

Carte des vins essentiellement nature ici, avec des choses pas idiotes du tout et qui démarrent à des tarifs tout gentils,  qui vous feront d’ailleurs préférer le choix à la bouteille plutôt qu’au verre.

Il règne une ambiance agréable, instaurée par une jeunesse dynamique qui a le goût de vouloir bien faire.

photo 5Formule déjeuner en semaine à 25 euros.

Diner ou déjeuner du samedi midi : compter 50 à 60 euros.

Gare au Gorille
68 rue des dames
75017 Paris
+ 33 1 42 94 24 02

A propos de l'auteur

Parisien, la trentaine, passionné de cuisine, de cigares, de jazz, et de voyages. Je me nourris un peu de tout ça chaque jour. Je partage ici les adresses qui m’ont séduites, pensant qu'il serait dommage de s'alimenter trois fois par jour par nécessité uniquement.

Articles similaires

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ne ratez rien, abonnez-vous à la newsletter :

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles : revues de belles tables, interviews de chefs, reportages en cuisine, top de la rédaction, tout y passe !