Les gastronomes connaissent bien cette rue discrète du 17ème où nous allons aujourd’hui, puisqu’elle a longtemps abrité le restaurant de Guy Savoy, avant que celui-ci ne déménage à la Monnaie de Paris. Plus récemment encore, c’était Etoile sur Mer, où officiait le chef Clément Leroy avant que celui-ci ne rejoigne L’auberge du Jeu de Paume, que nous avons visité tout récemment.

En lieu et place donc, vient d’ouvrir un restaurant doté d’un concept original réunissant théâtre et gastronomie, où l’un et l’autre se respectent sans venir se perturber.

Grace à des travaux de transformation importants, l’adresse peut se targuer de posséder son propre théâtre, séparé du restaurant donc. Assez unique.restaurant-theatre

La pièce qui a été jouée ce soir là « Mes Prix Littéraires », de Thomas Bernhard, comprenait deux acteurs formidables, Laurent Sauvage et Olivier Martinaud. Elle a procuré une expérience de théatre de proximité rare, vous prenant par la main comme un voyage.

Une fois le spectacle terminé, direction la salle de restaurant, confortable, dans des tons très neutres, avec aux murs des photos d’acteurs.la-scene-theleme

L’équipe n’est pas née de la dernière pluie.
Un accueil chaleureux vous est réservé par le bienveillant Frédéric Pedrono, que les habitués connaissaient bien chez Ledoyen. Son équipe et lui seront aux petits soins, avec l’élégance et l’instruction qui les caractérisent.

Très vite on se rend compte que ce sont tous des passionnés qui sont ici aux manettes : passionné de spectacle pour le propriétaire audacieux du lieu, passionné de l’accueil pour le directeur de salle, passionné de belle cuisine pour le chef évidemment et passionné de vin pour le sommelier Daniel Pires, transfuge du Laurent.

En cuisine donc, c’est le chef Pierre Rigothier, que l’on avait repéré au Baudelaire à l’hôtel Burgundy, jusque là une étoile au Michelin.

Amuses-bouches pour démarrer sous les meilleurs auspices et qui d’emblée démontrent une exigence du détail certaine :  chips de polenta à l’encre de seiche avec mousse au poulet rôti, sablé coco et bille de carotte aux zestes de citron, biscuit scorpa farine de seigle et mousse de saumon. amuse-bouche-scene-theleme

Pour accompagner ce démarrage, la cuvé Tradition de chez Déhu. On est ici sur un Pinot Meunier qui s’exprime à merveille, agrémenté d’une pointe de Chardonnay et de Pinot Noir. Un final avec des notes de fruits jaunes exotiques qui conviendrait à l’ensemble d’un repas.
champagne-theatre

En pré-entrée une mousse de choux-fleur et copeaux de choux-fleurs, parsemé de graines de grenade. Le genre de délicatesse qui vous aiguise les papilles pour la suite, en vous distillant quelques indices sur l’hardiesse du chef.scene-theleme

Une belle entrée pour poursuivre : encornet grillé, mais doux, chataigne. Joli travail sur l’attendrissement et la cuisson grillée à la fois. Les accords suaves et inédits fonctionnent parfaitement. Une assiette qui comblera les amateurs de cette pièce pas toujours aussi bien mise en valeur, et sur des associations souvent bien moins entreprenantes.la-scene-theleme-paris

En plat principal j’ai opté pour le filet de lieu jaune de ligne, pack choi, curry vert. Ne vous fiez pas au dressage déstabilisant malmené par mes soins : tous les goûts sont là, le croquant du choux et son amertume viennent contre-balancer la douceur du lieu, et les notes de la crème-purée de brocolis résonneront longtemps dans votre palais. Un plat très équilibré.la-scene-theleme-restaurant

Il vous sera difficile de résister au Salers servi dans sa tomme de 40kg, à la texture onctueuse et à la puissance gustative éclatante. Un moment de gourmandise de plus dans ce repas, offert par un produit munificent.

restaurant-theatre-paris

Proposé avec du chutney et des raisins lacto-fermentées, pour une mise en valeur délicate par le salé-sucré. restaurant-fromage-paris

Puis c’est au tour de Pierre Chirac, le pâtissier, ancien de chez Taillevent, de faire son entrée en scène. D’abord avec la vanille et caramel onctueux, feuilles croustillantes et fève Tonka.

Déposé sur un biscuit à l’amande amère, voila un bel équilibre de saveurs, de générosité et de tendresse qui viennent vous envelopper pour un final aérien, et subtilement relevé par des notes salines.
restaurant-paris-17-theatre

Egalement, une tartelette aux Figues de Solliès, noix du Périgord et glace à la feuille de figuier avec des fruits à la fois frais et cuits. Délicate et intense à la fois, la tarte parfaite pour une fin de repas sur le fruit.la-scene-theleme-dessert

Une adresse élégante, de par sa cuisine biensur, mais aussi dans l’incarnation de sa personnalité artistique, que l’on sent présente du début à la fin de l’expérience.

Chaque acteur de ce repas, se sert de la Scène magnifique qui lui est offerte pour exprimer ses talents de créateur ou d’interprète, dans des rôles qui sont tout, sauf de composition.

Les trois coups peuvent être frappés, le levé de rideau sur cette ouverture récente révèle déjà tous les codes d’une grande adresse.

Menus déjeuner à 39 et 49 euros.
Menu spectacle à 85 euros (choisi ici).
Menus dégustation à 115 et 145 euros, en six et huit séquences.
La Scène Thélème
18, rue troyon
75017 Paris
+33 1 77 37 60 99
https://www.lascenetheleme.fr/

A propos de l'auteur

Parisien, la trentaine, passionné de cuisine, de cigares, de jazz, et de voyages. Je me nourris un peu de tout ça chaque jour. Je partage ici les adresses qui m’ont séduites, pensant qu'il serait dommage de s'alimenter trois fois par jour par nécessité uniquement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ne ratez rien, abonnez-vous à la newsletter :

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles : revues de belles tables, interviews de chefs, reportages en cuisine, top de la rédaction, tout y passe !