Institution discrète s’il en est, l’Agapé est un restaurant du 17ème arrondissement bien connu des initiés, tant il peut être fier d’avoir propulsé plus d’un chef sur le devant de la scène.

Aux manettes, Laurent Lapaire, ancien de Passard, et véritable révélateur de talents : Bertrand Grébaut et David Toutain font, entre autres, partie des anciens.

Le chef du moment est un japonais nouvellement arrivé et qui répond au nom de Yoshitaka Takayanagi, risque de vous étonner.
Résumé d’un déjeuner très élégant, actuel et sacrément bien balancé.

L’endroit prone depuis longtemps le naturel, coté breuvage, et les références dépassent les frontières de l’hexagone. Ici un très joli champagne rosé brut, nature bien évidemment.
agape-foodinparis

Détail qui a son importance et qui nous montre que nous sommes ici dans l’univers des grandes tables de goût : le beurre proposé est un beurre Bordier au sarrasin. Un accord originale et qui fonctionne très bien : une vraie gourmandise.agape-paris-restaurant

Quelques amuse-bouches élaborés et bienvenus avec l’apéritif, apportant du croquant comme ici.lagape-foodinparis

Restaurant étoilé oblige, une fine mise en bouche sur le tourteau, shiso, tout en fraicheur, comme pour vous réveiller les papilles.agape-restaurant

Première entrée avec cette asperge blanche, vinaigrette au miso blanc, jaune d’oeuf confit et poutarge. C’est précis, les accords fonctionnant parfaitement, et d’une droiture absolue.
agape-food-in-parisLe ton du déjeuner est donné quant à l’élégance et à la qualité des produits, et les cuissons (ici l’asperge) que nous trouverons toutes ultra-judicieuses.
Un plat qui n’est pas sans rappeler celui d’un autre japonais, le chef Ichiei Taguma , et dégusté chez Loiseau Rive Droite ici.

Grosse sensation ensuite sur le thon rouge en tataki, fumé par le chef, betteraves et endives rouges.agape-paris-michelinL’assiette arrive d’ailleurs sous cloche de verre, puis cette dernière est retirée sous nos yeux pour laisser s’échapper la fumée emprisonnée.
Remarquez la fine cuisson qui se révèle uniforme sur les contours. Un poisson d’une fraicheur fabuleuse qui est ici sublimé. Du fondant et du gras sur de l’acidité : la balance japonaise affiche la perfection!

En accord ce très beau vin grec avec beaucoup de personnalité.agape-restaurant-17Arrive ensuite le second plat de poisson et pas des moindres : un turbot des côtes de Noirmoutier en l’Ile, à la cuisson fabuleuse, dont beaucoup de chef japonais ont la maitrise.agape-restaurant-avisSur une compotée d’oignons nouveaux ultra frais et fèves, avec une pointe d’acidité, de l’ail des ours, ce plat est juste superbe de justesse. La chaire résistante du turbot, celle plus ferme de l’asperge et les quelques herbes qui la composent, font de cette assiette un régal d’équilibre. J’en redemande !

Ensuite c’est un pigeon qui est servi, avec une tomate et de l’olive noire. Joli mariage dans la simplicité ou le jus concentré suffit à révéler une viande de caractère, rôtie avec extrème précision.agape-restaurant-paris-17

S’en sont suivi un fabuleux entremet de coco et verveine (je devrais plutôt dire d’anthologie) et un dessert sur le praliné, trop tentant pour avoir été retenu lors d’une photographie.

Ces mignardises viendront conclure le repas en beauté, à l’image du travail qui a été prodigué pendant tout ce défilé d’assiettes précises, et perfectionnées.agape-restaurant-review

Une table plus que jamais d’actualité, que je vous recommande aussi bien pour des repas d’affaire, que pour des moments de gastronomie et de partage avec des amis épicuriens.

Menus déjeuner à 44 euros, et dégustation à 99 euros et 149 euros avec accords mets et vins.
Au diner, menu carte blanche à 139 euros, et 205 euros avec accords mets et vins.

L’Agapé
51, rue jouffroy d’abbans
75017 Paris
+31 42 27 20 18
http://www.agape-paris.fr

A propos de l'auteur

Parisien, la trentaine, passionné de cuisine, de cigares, de jazz, et de voyages. Je me nourris un peu de tout ça chaque jour. Je partage ici les adresses qui m’ont séduites, pensant qu'il serait dommage de s'alimenter trois fois par jour par nécessité uniquement.

Articles similaires

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ne ratez rien, abonnez-vous à la newsletter :

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles : revues de belles tables, interviews de chefs, reportages en cuisine, top de la rédaction, tout y passe !