L’ami Jean fait partie de ces endroits difficilement qualifiables. On pense que l’on va rapidement démasquer ce qui se cache derrière cette apparente simplicité, sans doute dans un mélange de bistro et de gastro, mais il n’en est rien de moins évident.

Ce qui est certain en tout cas c’est qu’on s’y régale avec frénésie, dans une bonhomie ambiante, portée par son charismatique chef Stéphane Jego, qui a délibérément décidé de faire de cette ancienne auberge basque, un endroit à part.ami-jean-food-in-paris-5

Lui qui a longtemps été le second d’Yves Camdeborde à la Régalade, nous impose depuis une douzaine d’année sa vision des choses. Et ce n’est pas vraiment pour nous déplaire.

A la lecture de la carte beaucoup de produits font saliver et une chose saute aux yeux dans ce mélange qu’on adore : c’est le genre d’endroit où des produits d’exception côtoient allègrement des plats canailles !
Ca démarre par un brin de charcuterie (d’Eric Ospital) pour initier ce repas d’une valeur sûre.Ami-jean-foodinparisEt c’est immédiatement accompagné d’une terrine de veau de la tête à.. la tête, qui se grignote en un rien de temps. L’assaisonnement et les condiments la relèvent toute en finesse d’acidité, compagnon idéal de ce genre de spécialité . ami-jean-food-in-paris
Soupe de poisson de roche pour continuer, servie sous vos yeux, avec cette petite interactivité toute simple comme je les aime : l’assiette est remplie à table. C’est intense, goûteux et ça vous caresse le palais comme une douce soirée sur le port de Marseille.ami-jean-food-in-paris-1
Petites sardines cuites vapeur à 63 degrés, presque crues, comme les propose le chef. Idéal pour bien apprécier le côté charnu de ce poisson à la chaire généreuse.Ami-jean-foodinparis-1
On monte d’un cran dans le travail cette fois-ci avec un premier plat qui dévoile un coté terre-mer assumé avec cette association Poulpe et Agneau, relevé par un sable de crevette et quelques ingrédients craquant, agrémenté de betterave. Tout simplement détonnant !ami-jean-food-in-paris-2Le poulpe est à la fois tendre et légèrement grillé en surface, comme pour marquer plus l’accord avec l’agneau d’une douceur étonnante pour sa part.
Arrive ensuite le clou du repas : les homards en direct de Bretagne. Quel plaisir de voir arriver la cocotte chaude et odorante devant vous ! ami-jean-foodinparis-3
On sent l’excitation monter dès que le couvercle se soulève, puis à la découverte de ces pièces magnifiquement mises en valeur par une cuisson odorante de légumes en marinière.ami-jean-foodinparis-4
Le temps pour le serveur de remplir nos assiettes des pièces déjà pré-découpées et nous voila avec ce qui pourrait bien être un des plats dont on ne se lasse jamais quand il est réalisé de la sorte. Le produit est juste sublimé par une cuisson parfaite, et la chair d’un moelleux qui résiste à peine sous la fourchette est à se damner…Ami-jean-food-in-paris-3
Voila deux bonnes heures que nous sommes à table à nous régaler, pour nous amener gentiment mais sûrement à ce qui a fait la réputation de cette table chez les gourmands, à savoir un dessert d’anthologie, j’ai nommé le Riz’o lait !
Mode d’emploi pour accéder au paroxysme du plaisir sucré :
Se servir généreusement de beurre de caramel salé et de nougat de noix et pistaches. l-ami-jean-foodinparis
 Ne pas oublier de picorer à la main pour goûter à ces tentations.l-ami-jean-food-in-paris
Enfin, napper le tout de l’aérienne et indescriptible texture de riz au lait.ami-jean-food-in-paris-6Promis vous y reviendrez. Ce coté régressif avec cette onctuosité est totalement addictive. Et c’est avec joie qu’on apprends que ce dessert est proposé en vente à emporter !
Ça crie, ça envoie des assiettes sévèrement rassasiantes, ça double claque dans les mains quand c’est prêt pour envoyer le service : voila un restaurant qui vit et qui régal son publique. C’est un théâtre plein de joie qui se joue chaque soir ici sous vos yeux et qui récompense vos papilles.
C’est tout ce qu’on aime, alors pourquoi s’en priver ?
Carte de 50 à 80 euros pour se faire plaisir au dîner.
Riz au lait à emporter : 18 euros les 750ml
L’ami Jean
27, rue Malar
75007 Paris
+33 1 47 05 86 89
 http://lamijean.fr

A propos de l'auteur

Parisien, la trentaine, passionné de cuisine, de cigares, de jazz, et de voyages. Je me nourris un peu de tout ça chaque jour. Je partage ici les adresses qui m’ont séduites, pensant qu'il serait dommage de s'alimenter trois fois par jour par nécessité uniquement.

Articles similaires

Une réponse

  1. Julie

    Yes!!! Adrien, l’Ami Jean is my all time favorite restaurant. Jego is something else. The atmosphere, the food, the rice pudding!! “C’est un théâtre plein de joie qui se joue chaque soir ici sous vos yeux et qui récompense vos papilles.” – That says it all! Did you go a la carte or was this the tasting menu? That lobster looks out of control. Anything he produces in a cocotte, really. One of my favorite things of his is the petoncles. You are making me want to go right now. Such love!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ne ratez rien, abonnez-vous à la newsletter :

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles : revues de belles tables, interviews de chefs, reportages en cuisine, top de la rédaction, tout y passe !