Direction l’Etoile, dans cette rue discrète qui cache bien son jeu.
Moins visible que son annexe récente, le 116, cette table gastronomique révèle à la fois beaucoup d’élégance et d’évidence.

L’endroit réussit le pari d’être à la fois sobre et attrayant : la salle épurée mais confortable, laisse place à un ilot central. La cuisine est littéralement intégrée dans la salle et le ballet des cuisiniers qui s’agitent sous cette superbe suspension est un spectacle apaisant.pages-restaurant-foodinparis

Encore un chef japonais en cuisine ici, et pas des moindres : Riujy Teshima, alias « Teshi » a officié entre autres au Passage 53, chez Senderens, et au non moins fameux In De Wulf en Belgique.

Ici des formules au déjeuner ou au diner mais pas de menu imprimé, comme pour rendre ce moment éphémère, même si les souvenirs vous resteront bien.foodinparis-pages

Des mises en bouches de tartares de poisson, que le chef affectionne tout particulièrement. Une vrai explosion de fraicheur et une texture fondante.

Puis arrive un tartare de boeuf du limousin, agrémenté d’une vinaigrette à l’oeuf.

pages-restaurant-food-in-paris-1

Nous sommes dans la finesse mais aussi dans l’émotion et la grande précision. Rien n’est en trop. Le boeuf fondait littéralement en bouche.

Une autre entrée (une autre fois) m’a bluffée par le travail de minute sur le calamar, découpé pour être attendri parfaitement, et accordé avec des pétales de reblochon et un tartare de poisson.foodinparis-pages-restaurant

Place aux séquences suivantes maintenant avec en supplément du menu un morceau boeuf Japonais mature et spécialement proposé selon les arrivages (Kobe, Ozaki etc).

pages-food-in-paris

Un vrai bonheur de qualité, qui n’a pas besoin d’une mise en valeur compliquée pour être apprécié. Le gout et la tendresse étaient au rendez-vous, et ce supplément tarifé 15 euros par personne vous procurera des sensations inédites.

Ensuite un veau de lait grillé sur bincho (le barbecue traditionel Japonais) relevé par une sauce sacrément pimpante agrémentée de moules, vient côtoyer des carottes et épis de mais frits.

restaurant-pages-food-in-paris-1

Encore une fois c’est fluide, même sur un plat de viande tout semble se marier parfaitement, le gras et l’acidité se mêlent sans jamais se heurter, dans une douceur qui fait du bien.

Sur une séquence de poisson les cuissons ne sont pas en reste avec des chaires encore nacrées combinées à un aspect extérieur grillé à souhait. Du joli travail de précision encore une fois sur cabillaud sauce marinière!

restaurant-pages-food-in-paris

Que dire de ce canard de Challans façon Apicius, rosé à la peau croustillante et caramélisée aux nombreuses épices ? Rien sauf que l’on dirait un tableau et qu’une fois encore vous n’en ferez qu’une bouchée. Très franchement s’il ne fallait manger de la viande que dans les grandes occasions, nous serions ici dans un cas tout à fait approprié.
food-in-paris-pages-restaurant

Des desserts enfin comme ce très léger mont-blanc qui viendra clôturer ce repas sans vous assommer de sucre. Peut-être un peu moins travaillé que les autres plats, mais c’est le risque de la comparaison lorsque l’on place la barre aussi haut sur les séquences précédentes.

food-in-paris-restaurant-pages-1

De la limpidité il y en a dans les associations mais aussi dans le choix des textures et des assaisonnements.

Les produits sont parfaitement mis en valeur, jusqu’au dressage. Voilà une cuisine qui me parle, tant elle est fine et juste.
Deux visites m’ont permis de confirmer que tout cela était solide.

Un futur très grand, qu’il vous est dès à présent donné de tester dans des conditions épatantes.
A ne rater sous aucun prétexte.

Menu déjeuner à 40 et 65 euros (3 ou 5 séquences)
Menu au diner à 80 euros.

Pages
4, Rue Auguste Vacquerie
75116 Paris
+33 1 47 20 74 94
https://www.facebook.com/pagesparis/

A propos de l'auteur

Parisien, la trentaine, passionné de cuisine, de cigares, de jazz, et de voyages. Je me nourris un peu de tout ça chaque jour. Je partage ici les adresses qui m’ont séduites, pensant qu'il serait dommage de s'alimenter trois fois par jour par nécessité uniquement.

Articles similaires

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ne ratez rien, abonnez-vous à la newsletter :

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles : revues de belles tables, interviews de chefs, reportages en cuisine, top de la rédaction, tout y passe !