photoDans cette partie calme du 17ème et pourtant non loin de la place Pereire, c’est avec beaucoup de curiosité que je suis allé voir ce qui se passait chez Roca.

On y trouve d’abord une déco zen dans l’esprit scandinave mais avec quelques touches chaleureuses comme ces canapés en cuir ou encore ce bar propice à la convivialité. La table du fond dans un esprit salon est parfaite également pour un dîner à 6/8 personnes en étant à peine isolé.

photo 1

Ensuite en cuisine, et c’est bien pour cela qu’on est venu, des assiettes qui épatent des les entrées : goûteuses soupe aux accents d’automne et étonnant tartare de veau/harengs napé d’une émulsion compacte très en adéquation avec la texture du haché couteau. C’est beau, c’est créatif juste comme il faut et on en redemande !

photo 2

Viennent ensuite les plats dans la même lignée pimpante : filets de maquereau comme des aiguillettes pour moi, et canard pour mon acolyte du jour. Des plats vifs et élégants!

photo 4

Pour accompagner le tout deux vins rouges différents, d’abord un Morgon puis un Côte du Rhône. Déception pour ces choix au verre à la personnalité à chaque fois effacée et ne jouant pas sur le même registre que la vivacité des plats. On aurait pour le coup ici apprécié des vins natures, jeunes et originaux.

photo 5Enfin les desserts n’ont été qu’aperçus (dans les assiettes voisines) mais immédiatement associés à la promesse d’y goûter une prochaine fois!

Car oui il y aura une prochaine fois : avec son menu du midi à 19 euros pour 2 plats (EP/PD) et des tarifs à la carte dans la moyenne, c’est une adresse rafraîchissante. A tester sans hésiter avant qu’elle ne soit victime de son succès.

 

Roca
31, rue Guillaume Tell
75017 Paris
01 47 64 66 04
http://www.rocaparis.com

A propos de l'auteur

Parisien, la trentaine, passionné de cuisine, de cigares, de jazz, et de voyages. Je me nourris un peu de tout ça chaque jour. Je partage ici les adresses qui m’ont séduites, pensant qu'il serait dommage de s'alimenter trois fois par jour par nécessité uniquement.

Articles similaires

9 Réponses

  1. DrV

    C’est vrai que ce coin du 17ème est calme ! Merci pour l’adresse =)
    PS : c’est Pereire du nom Pereira, le nom des banquiers juifs qui ont construit le quartier et on été exproprié par la République après la première guerre mondiale…

    Répondre

Laisser une réponse à Restaurant Paradis : une formule déjeuner qui en a le goût Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ne ratez rien, abonnez-vous à la newsletter :

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles : revues de belles tables, interviews de chefs, reportages en cuisine, top de la rédaction, tout y passe !